0 In continuité 3ème

séance 2 – du 23 au 29 mars – La planète Terre, l’environnement et l’action humaine

voir semaine précédente

Vous trouverez ici les bilans des cours et activités sur le thème “La planète Terre, l’environnement et l’action de l’Homme” (vous pouvez si besoin les recopier ou les imprimer pour compléter votre cahier de cours) ainsi qu’une activité à la suite de ces bilans.

  • Bilan 1 : Origine des séismes et des éruptions volcaniques

L’activité sismique et volcanique permet de délimiter des limites horizontales des plaques lithosphériques (aussi appelées plaques tectoniques). La lithosphère est découpée en une douzaine de plaques. Celles-ci constituent la couche la plus superficielle du globe et sont formées de roches peu déformables et rigides, cassantes (d’où la possibilité des séismes).

La position et la forme des continents ont changé au cours des temps géologiques, ainsi, il y 250 millions d’année tous les continents étaient réunis en un seul continent gigantesque appelé Pangée. Les mouvements des plaques font que  la surface du globe change (déplacements de quelques centimètres pas an).

Les roches cassantes de la lithosphère surplombent (surmontent) les roches ductiles* de l’asthénosphère (ductile=qui peut être allongé, étendu, étiré sans se rompre). C’est principalement l’étude de la vitesse de propagation des ondes sismiques qui ont permis cette découverte.

C’est la chaleur interne de la Terre (énergie thermique qui provient de la désintégration d’éléments radioactifs naturellement présents à l’intérieur du globe) qui entraîne les mouvements des plaques tectoniques. (Les conséquences du mouvement des plaques sont de plus le volcanisme et les tremblements de terre).

  • Bilan 2 : Les risques sismiques et volcanique

Rappels

♦Un séisme est dû à la libération d’énergie brutale suite à la rupture des roches, au niveau du foyer. Les roches rompent suite aux contraintes qui s’exercent sur elles au niveau des failles.

♦Les éruptions volcaniques (qu’elles soient effusives ou explosives) correspondent à l’arrivée en surface d’une roche en fusion partielle (d’une température comprise entre environ 800 et 1200°C).

On ne sait pas prévoir les tremblements de terre, en revanche on peut en partie s’en protéger grâce aux constructions parasismiques. On peut en partie prévoir les éruptions volcaniques, à court terme, grâce aux observatoires des volcans (surveillance de l’activité sismique, des émissions de gaz, du gonflement des pentes du volcan…).

L’aléa géologique et les risques associés

L’aléa sismique et volcanique est défini par la possibilité, probabilité, qu’un tremblement de terre ou qu’une éruption volcanique se produise. (Par exemple, l’aléa sismique est très fort aux limites des plaques).

Le risque géologique va lui tenir compte à la fois de l’aléa (défini ci-dessus) et de l’enjeu. L’enjeu est lui lié à la présence d’installations humaines, plus ou moins vulnérables.


Activité : 

aller à l’adresse suivante :   https://edu.tactileo.fr/go

et entrer le code : AV86

identifiez-vous de façon suivante : Nom+prénom+classe

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply