0 In 4ème/ cycle 4/ thème 2 : le vivant et son évolution

Comment les êtres vivants se reproduisent-ils ?

Rappels :

•Rappels n°1 : Les êtres vivants partagent trois caractéristiques :

-ils naissent (=se reproduisent),

-ils se développent (grandissent…c’est la croissance),

-et ils se nourrissent (remarque : la respiration fait partie des mécanismes de la nutrition).

Attention :

-Le mouvement n’est pas une caractéristique obligatoire du vivant

(un arbre est immobile mais vivant et une voiture bouge!)

-La respiration fait partie des processus biologiques qui fournissent de l’énergie aux êtres vivants, elle est très répandue, mais d’autres êtres vivants peuvent aussi utiliser la fermentation et d’autres processus…


•Rappels n°2 : Les plantes à fleurs se reproduisent de façon sexuée :

lors de la pollinisation par les insectes ou par le vent, le pollen est transporté des étamines sur le pistil, ce qui permet la transformation des ovules en graines et la transformation du pistil en fruit.

Schéma d’une fleur vue en coupe

Graine de mais germées

En germant les graines vont donner de nouvelles plantes.



⇒ Activité à la maison : utiliser « le livre scolaire », manuel cycle 4 , chapitre 14 ,

répondre sur feuille aux questions de l’activité documentaire p200-201

“Comment les plantes peuplent-elles un milieu ?”


POINT MÉTHODE : la construction graphique

-Pour pouvoir tracer son graphique correctement,

il faut tracer à la règle deux axes perpendiculaires qui se terminent par une flèche.

-Chaque axe possède un nom et l’unité est précisée (ex : temps en jours ou masse en grammes).

-Très souvent, on représente le temps sur l’axe horizontal (abscisses) et le paramètre mesuré (par ex : le nombre de stolons ou le nombre de lentilles d’eau) sur l’axe vertical (ordonnées)

-Pour graduer correctement les axes, il faut chercher les valeurs minimum et maximum de chaque paramètre étudié.



•La reproduction sexuée chez les animaux

Complète le tableau suivant puis compare la reproduction sexuée chez les animaux et les végétaux. Documents p12 à p18

Espèce classification Milieu de vie Milieu de la reproduction Nom des cellules reproductrices Résultat de la fécondation Lieu de la fécondation
phasme

à tiare

Insectes (6pattes) Végétation

(forêt)

terrestre (ovules et spermatozoïdes) Cellule-oeuf Dans le corps de la femelle
Poule/coq Oiseaux

(plumes)

ferme terrestre ovules et spermatozoïdes Cellule-oeuf Dans l’oviducte de la femelle
Omble de fontaine Poissons à nageoires rayonnées Rivières et lacs aquatique Très nombreux ovules et spermatozoïdes Cellule-oeuf Dans l’eau
Oursin Échinodermes

(squelette dans la peau)

mer aquatique Très nombreux ovules et spermatozoïdes Cellule-oeuf Dans l’eau
Lys Plante à fleurs jardin terrestre Cellules reproductrices mâles et femelles embryon Dans l’ovule

A retenir : chez tous les êtres vivants la fécondation est l’union d’une seule cellule reproductrice mâle avec une seule cellule-reproductrice femelle, le résultat de la fécondation est une nouvelle cellule : la cellule-œuf.

Un ovule + Un spermatozoïde → Une cellule-oeuf

La fécondation peut être interne lorsqu’elle a lieu à l’intérieur de l’organisme femelle. Elle s’accompagne de peu de cellules reproductrices femelles produites.

La fécondation en milieu aquatique peut être externe : les cellules reproductrices mâles et femelles, très nombreuses, s’unissent dans l’eau.

Attention ! Chez les végétaux l’ovule n’est pas une cellule reproductrice, c’est l’organe qui contient la cellule reproductrice femelle. De même le pollen contient les cellules reproductrices mâles.



Les facteurs qui influencent la reproduction

1) fécondation interne versus fécondation externe documents p26-27

espèce

classification

Type de fécondation

Nombre d’œufs ou de petits par femelle

Soin porté aux petits

Pertes/causes de mortalité des formes juvéniles

Grenouille rousse

sanglier

-Lorsque la fécondation est interne, il y a peu d’ovules produits et peu de petits à la naissance car généralement la femelle va protéger les petits.

-Lorsque la fécondation est externe, il y a énormément d’ovules libérés et fécondés car les pertes sont énormes (pertes dues essentiellement à la prédation et à la pollution).

fécondité = nombre d’œufs ou de petits par femelle

2)la relation reproduction/nourriture p28-29 (relation proies/prédateurs)

a)explique la différence de fécondité observée entre les poissons de la zone 1 et ceux de la zone 2

b)compare l’évolution de la fécondité du busard avec l’évolution du nombre de campagnols.

Plus la nourriture est abondante, plus la fécondité augmente. Réciproquement si la nourriture vient à manquer, la fécondité d’une espèce donnée décroît.

3)la relation reproduction/pollution (les actions de l’Homme et la reproduction

Décris l’évolution du nombre d’œufs pondus par lot d’abeilles femelles en fonction du temps (doc 3 p30) et donne ensuite une explication à ce que tu as observé.

Au jour 10, on compte environ 40 œufs par lot de femelles n°1 tandis qu’il n’y en a que 30 pour les femelles du lot n°2.

Au 15ème jour, le nombre d’oeufs passe à environ 50 pour le lot 1 et environ 42 pour le lot 2.

Au 25ème jour, le nombre d’oeufs passe à environ 25 pour le lot 1 et environ 20 pour le lot 2.

On observe que les femelles du lot 1 pondent toujours plus d’oeufs que celles du lot 2.

Nous savons que les abeilles du lot 2 ont reçu un insecticide, on peut donc supposer que celui-ci est responsable de la baisse de fécondité des abeilles.

Les activités humaines ont une forte influence sur la reproduction des animaux et des végétaux, ce qui modifie la biodiversité.

Biodiversité = nombre d’espèces (animales et végétales) présentes dans un milieu donné

Le réchauffement climatique correspond à la hausse des températures moyennes à la surface de la Terre.



⇒ Activité à la maison : l’incidence du réchauffement climatique sur la reproduction des tortues de Floride et sur la reproduction de l’alligator américain.

D’après les documents fournis, la température d’incubation des œufs de la tortue de Floride et des alligators américains dépend de la température.

La température d’incubation modifie le pourcentage de mâles (et donc de femelles) à la naissance, une hausse des températures moyennes a donc une forte incidence sur la reproduction de ces deux espèces.

D’après les histogrammes tracés, on peut constater qu’une hausse importante de la température (au-delà de 36°C) engendrerait uniquement la naissance de femelles pour les deux espèces, ce qui conduirait à leur disparition.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply